Quand les chatbots s'invitent dans des articles de blog

Quand les chatbots s'invitent dans des articles de blog

En 1895, John Deere lançait en grande pompe le magazine The Furrow, petite fulgurance papier qui scellait alors les débuts du Content Marketing. Au-delà de l'impact de la digitalisation et de l’apport de la théorie, le concept n’a que très peu évolué au fil des décennies. Ce constat a probablement motivé Typeform, acteur majeur du formulaire en ligne. Après avoir gagné ses galons en s’imposant comme une alternative de choix à Google Forms entre autres, Typeform entend bien bousculer les règles du Content Marketing en inventant le premier article entièrement conversationnel ! Le point…

Humaniser l’expérience de lecture

Aller au-delà de l’expérience passive et de la relation à sens unique qui lie le rédacteur à son lectorat. C’est le défi que s’est lancé Typeform en lançant le tout premier article entièrement conversationnel. Concrètement, il s’agit de ponctuer les fins de paragraphe d’une réflexion ou d’une interrogation de l’auteur sous forme d’un chatbot classique débouchant sur des réponses prédéfinies qui sollicitent un choix de la part du lecteur. En fonction de la réponse choisie, l’interface scroll automatiquement vers une partie de l’article qui intéresse manifestement le lecteur. « Jusqu’à présent, les lecteurs ont surtout interagi avec des pop-ups, des call-to-actions et des échanges unilatéraux prévisibles », explique Jepser Bernardino, développeur chez Typeform. « Le challenge était de créer quelque chose qui interagit effectivement avec l’utilisateur sans compromettre l’expérience ». Pari réussi ? La réponse est nuancée…

Un résultat plutôt mitigé… pour l’instant

L’article conversationnel publié par Typeform s’intitule « Technology Imitates Art : the rise of the conversational interface* ». Nous l’avons testé. Alors bien sûr, l’approche est louable et le rendu est particulièrement rafraichissant. Les scénarii sont bien pensés dans la mesure où les interventions du chatbot sont souvent pertinentes, et les réponses proposées illustrent bien ce que l’on serait tentés de répondre. La fréquence des interventions du chatbot est assez élevée, ce qui se traduit par quelques à-coups à la lecture. Mais ce n’est pas ce qui perturbe le plus l’expérience de l’utilisateur. Si l’idée est intéressante, l’exécution, notamment technique, laisse à désirer. Les points de suspension qui indiquent qu’un message est en cours de saisie durent plusieurs secondes… étonnant pour un chatbot. De même, la navigation verticale entre les différentes parties de l’article est quelque peu perturbée par l’apparition des encarts de discussion qui peinent parfois à se charger correctement lorsque l’on ne s’arrête pas à la bonne hauteur. Gageons toutefois que ces légers contretemps se dissiperont au fur et à mesure.

A propos de Typeform

Créée en 2012 par les designers David Okuniev et Robert Munoz, Typeform est une jeune pousse de Barcelone qui a bousculé l’univers du formulaire en ligne. En 2015, l’entreprise a levé 15 millions de dollars auprès d’Index Ventures pour soutenir sa croissance.

* La technologie imite l’art : l’émergence de l’interface conversationnelle

Les autres publications