Les meilleures astuces pour réussir le design de son site Internet de sport

Les meilleures astuces pour réussir le design de son site Internet de sport

Faster, Higher, Stronger… La devise olympique, accessoirement tube des Daft Punk et de Kanye West avec une légère modification, peut très bien qualifier un site web sportif réussi ! Aller au-delà du conventionnel sans négliger les bases de l’expérience utilisateur, oser des expérimentations graphiques sans altérer la fluidité de la navigation, capitaliser sur les valeurs du sport sans tomber dans l’excès… Le web design d’un site sportif doit être à la fois percutant et clair, dynamique et fluide. Pour réussir le design de son site internet sportif, il faut à tout prix éviter certains contretemps qui s’exacerbent davantage dans le secteur du sport : la lenteur, les templates impersonnelles et la non-adaptation aux terminaux mobiles. La lenteur et le côté responsive relèvent surtout de considérations techniques. Qui imagine un instant un site sportif pris en flagrant délit de lenteur ? En effet, les valeurs du sport incluent la performance, la vitesse, le dépassement de soi… des valeurs que l’on pourra difficilement sous-entendre avec un site qui met 20 secondes à se charger entièrement.

Nous nous intéresserons au design dans ce billet qui vous présente quelques bons réflexes à adopter pour réussir votre site internet sportif. La toile est largement pourvue en sites internet spécialisés dans le sport. On serait donc logiquement tentés d’opter pour un design de rupture pour se démarquer et tirer son épingle du jeu. Toutefois, il est vital d’éviter « l’exotisme », ou du moins, de le limiter à certains aspects secondaires pour ne pas brusquer le visiteur. Explications…

#1 – Le design est structuré, pas structurant !

Comme dans tous les secteurs d’activité, point de décision sans analyser et comprendre son marché et performer un benchmarking pour identifier les bonnes pratiques. Comment et pourquoi votre cible va-t-elle se rendre sur votre site ? La réponse à cette question vous permettra de trancher sur les éléments à mettre en avant sur le site, ce qui va naturellement influer sur le design. Faut-il prévoir un bandeau d’informations qui défilent en haut de l’écran ? Faut-il prévoir un slider avec les 5 ou 6 actualités de la journée ? Faut-il plutôt mettre en avant une promotion ? En somme, n’oubliez pas que le design doit être structuré et non structurant : il doit servir votre contenu pour le présenter sous sa meilleure forme, et non le conditionner.

#2 – Mieux connaître ses clients pour mieux les satisfaire

Les visiteurs de votre site seront les premiers garants de la réussite de votre site internet : au-delà de ses retombées commerciales positives, un trafic massif sera le meilleur catalyseur de visibilité de votre site sur le côté SEO. Il est ainsi nécessaire que vous preniez en compte leurs attentes, motivations, besoins et chemins de prises de décisions. Vous devrez donc développer vos personas acheteurs ou buyer persona pour contenter tous les types de visiteur avec un design unique. Vous dégagerez donc une ligne directrice pour réaliser le thème de votre site. Vous pouvez tenter un test A/B pour mettre en concurrence deux versions de votre site et rationnaliser ainsi la prise de décision. En définitive, mieux vous cernerez votre clientèle type, mieux vous ajusterez votre design.

#3 – Espaces blancs, aération et polices « zen »

En règle générale, les blogs des sites internet de sport sont particulièrement étoffés. De plus, ils sont d’excellents vecteurs de trafic dans la mesure où les sujets passionnants ne manquent pas dans le sport. Vous le savez, le blog est la plaque tournante de l’Inbound Marketing. Cette assertion est encore plus vraie dans le sport. Pour que vos articles de fond, vos chroniques, vos billets d’humeur, vos guides et autres types de contenus soient parfaitement digestibles pour votre lectorat, assurez-vous d’intégrer ces deux éléments : les espaces blancs vides et les polices simples. Il suffit de se rendre sur le site du journal Le Monde et de tester le mode Zen pour comprendre tout l’intérêt de cette mesure. En effet, un espace blanc généreux dans le pourtour immédiat d’un contenu favorisera une lecture agréable et poussera le visiteur à aller jusqu’à la fin. L’enjeu ? C’est généralement à la fin que se trouvent les CTA (Call To Action), les formulaires à remplir, etc. Les espaces blancs apportent une fenêtre de respiration salvatrice en limitant les parasites. Si dans le milieu académique, on préfère une taille de police d’environ 12 pixels, nous ne pouvons que vous conseiller plus grand sur un site internet. Vos visiteurs doivent pouvoir lire à environ un mètre de leur écran sans avoir à utiliser la fonction zoom de leur navigateur.

#4 – Optimiser votre site et le rendre Responsive

Au cours des dernières années, le nombre des utilisateurs du web sur tablettes et smartphones a grandement augmenté, au détriment des utilisateurs traditionnels. Un site en responsive design améliore l’expérience des utilisateurs multi-interface, booste les performances SEO dans la mesure où Google accorde une importance grandissante à la navigation sur les terminaux mobiles, réduit drastiquement le temps nécessaire à la maintenance du site (si vous adoptez une approche « mobile only » où le site doit d’abord détecter si l’utilisateur utilise un mobile pour lui renvoyer une version dédiée, vous devez gérer la maintenance des deux versions séparément)… De plus, dans le domaine du sport, votre cible a de fortes chances d’être particulièrement actives. Elle voudra consulter les brèves d’actu en attendant le bus ou dans l’ascenseur, parcourir cet article que vous avez publié sur le footing pendant sa pause déjeuner, s’enquérir des horaires des matchs du week-end pendant un trajet en taxi, etc.

Les autres publications