Les enjeux du marketing pour le monde du tourisme

Les enjeux du marketing pour le monde du tourisme

De la crise des subprimes au contexte géopolitique tendu en passant par les grèves intempestives du personnel aérien ou encore la menace terroriste, le tourisme paraît cerné de contretemps qui peuvent à tout moment le miner. Pourtant, le secteur bat régulièrement ses propres records en nombre d’arrivées mais aussi en termes de recettes générées. C’est simple : on n’a jamais autant voyagé qu’aujourd’hui ! Au-delà du besoin « naturel » de voyager, il faut dire que les professionnels du tourisme ont su amorcer le virage numérique avec brio, actionnant de nouveaux leviers pour booster les arrivées. Nous vous proposons à travers ce billet de revenir sur les principales conclusions des différentes études qui montrent que le web s’est définitivement mué en terrain de prédilection des touristes du monde entier. C’est parti…

Augmenter son taux d’occupation grâce au digital

Il y a deux décennies, il fallait se rendre chez un tour-opérateur physique pour solliciter le concours d’un conseiller et choisir les séjours les plus appropriés à ses envies et à son budget. Aujourd’hui, le point de vente revêt des airs « has been », même si le web-to-store tend à le ressusciter. Les chiffres sont éloquents… Selon le baromètre e-tourisme du cabinet Raffour, 71% des Français préparent leurs séjours sur le web, soit 9 points de plus comparativement à 2014, avec une percée du mobile qui a été mobilisé chez 32% des Français partis en vacances. De son côté, le 8e baromètre e-commerce de ContentSquare compile des données particulièrement intéressantes pour les entreprises touristiques :

  • Si la part du mobile ne cesse d’augmenter, le desktop reste le support roi : face à un contenu pléthorique, les internautes préfèrent consulter sereinement les offres sur un écran confortable ;
  • Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le mobile gagne reste surtout utilisé pour la prospection, moins pour l’achat : il affiche des taux de conversion au moins deux fois inférieurs à la moyenne. Notre conseil : adaptez vos interfaces mobiles aux besoins de prospection (outils de comparaison, wishlists, historiques de consultation) et épurez au maximum. Les mobinautes sont quelque peu volatiles… sachez les capter !
  • Sur un site de voyage en ligne, un internaute qui revient est un internaute… qui achète ! En effet, les returning visiteurs ont deux fois plus de chances d’acheter. En moyenne, ils achètent à la 5e session sur mobile et tablette, et à la 7e sur ordinateur ;
  • Il parait aujourd’hui inconcevable pour une agence de voyage ou un acteur du tourisme de négliger son e-réputation, notamment la partie des avis. En moyenne, 63% des Français consultent les avis des autres internautes avant d’acheter.
  • Plus de 66% des voyageurs décident des activités qu’ils vont effectuer pendant et après le vol et 86% d’entre eux suivent les communications digitales inflight. Ce n’est donc pas surprenant que les plus grandes marques ne laissent pas échapper cette opportunité ! 

 

 

 

 

 

Les autres publications